Ce match à Nice, c’est encore un de ces voyages dont je suis devenu spécialiste. Un voyage pas du tout prévu deux semaines avant, mais cette fois ce n’est absolument pas de ma faute !

En tout cas, je ne suis en aucun cas responsable d’avoir reçu un mail de Swiss m’informant que les vols pour Nice étaient à prix cassés durant 48h. J’étais à Dresden ce jour-là (tiens, étonnant !) et je n’avais rien demandé. Mais bon, il y a des mails comme ça qui font tilt. Au moment où je l’ai lu, je me rappelle m’être dit « Mais Nice, ils sont en Coupe d’Europe cette année ! », et là, c’était l’engrenage infernal.

Vérification du calendrier : oh mince, Nice reçoit Schalke mi-septembre ! L’affiche est quand même assez alléchante. Bon ok c’est dans deux semaines, mais niveau congé, je suis ok. Budget ok. Hôtel ok et billets ce sera pour plus tard, mais ça ne posera pas de problème ; 30 minutes après la réception du mail, tout était booké.

Nice un 15 septembre, c’est quand même particulièrement agréable. Pourtant, en cette année 2016, la ville portait encore le deuil du sinistre attentat perpétré 2 mois plus tôt et l’atmosphère sur la Promenade des Anglais était lourde, très lourde même.

Après un après-midi entre plages et Ricard, direction l’Allianz Riviera, le nouveau stade niçois. Une enceinte flambant neuve, qui a une certaine gueule mais bon, quand t’as eu la chance de visiter le Stade du Ray, l’ancien stade de l’OGC Nice, ce stade moderne fait mal aux yeux. Fini les ruelles coupe-gorge aux alentours du stade, la rotonde, le tribunes d’un autre temps et le stade à proximité directe du centre-ville. Place à un truc qui ressemble à tous les autres, situé au cul du monde. J’ai lu pas mal de commentaires de Niçois qui regrettent leur bon vieux Ray et je ne peux qu’approuver ce sentiment de tristesse.

Le stade est rempli aux 2/3 pour la réception de Schalke, et le parcage a plutôt fière allure. C’est principalement en raison de la venu des supporters allemands que j’avais choisi ce match et ils ne m’auront pas déçu. Chants, gestuelles, il ne manquait qu’un peu de pyrotechnie. A côté d’eux, l’Armada Rumpetata (les ultras niçois) a bien du mal à exister, malgré leurs efforts. Malheureusement, ce groupe vivait là ses derniers moments d’existence puisque sa dissolution sera annoncée quelques mois plus tard.

En face en revanche, c’est d’un tout autre calibre. la Brigade Sud Nice (BSN, même si officiellement elle n’existe plus), que j’avais adoré dans son ancien stade lors d’un match mythique contre Saint-Etienne, tient tête aux Allemands même si on ressent bien que leur tribune et trop grand pour eux. Un petit tifo sera déployé à l’entrée des joueurs, avec 2-3 torches pour accompagner le tout. Rien de fou, sûrement pas leur prestation du siècle, mais une soirée plutôt très agréable niveau tribunes, ça valait clairement le petit aller-retour express.

Sur le terrain, je n’ai que deux souvenirs : Schalke a gagné 1-0 et j’ai vu Klaas-Jan Huntelaar jouer juste devant moi. Et comme il s’agit de l’une de mes rares «  »idoles » », ça faisait une raison de plus de valider de déplacement.

Fiche technique

15 septembre 2016

OGC Nice-FC Schalke 04 0:1

Europa League, France

Allianz Riviera, 21’378 spectateurs

Prix du billet : 45€

Matchs durant le même séjour : aucun

Un commentaire sur « 2016-09-15 OGC Nice-FC Schalke 04 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s