Vous vous en rappelez peut-être si vous me lisez régulièrement, mais il y a quelques temps je vous expliquais que c’est durant un derby milanais que j’avais pris la décision de partir à la découverte de l’Allemagne. Je ne savais pas encore à ce moment-là que je tomberais amoureux de ce pays et de son football mais ce qui est sûr, c’est que ce 22 février 2014 a changé passablement de choses pour la suite de ma vie, de groundhopper certes mais pas seulement.

C’est donc assez logiquement quand on habite dans ma région que ma première destination allemande se nomme Freiburg. Comme je l’avais évoqué ici notamment, la ville située dans la Fôret Noire n’est distante que de 3 bonnes heures de route, est plutôt sympa à visiter et héberge un club de première division actuellement ; tout était donc réuni, 2 mois après Milan, pour enfin aller voir ce qu’il se passe en Allemagne.

Après avoir visité plus de 80 stades dans ce pays, ces scènes me paraissent désormais traditionnelles, mais à l’époque, je me rappelle avoir halluciné de voir tout ce monde au stade si tôt. Ce pèlerinage entre l’arrêt de métro et le stade, ces bières qui coulent par dizaines de litres, ces chants, cette atmosphère. Freiburg est tout sauf le stade le plus chaud d’Allemagne et pourtant, avant même d’y être entré, je suis séduit pas tout ce qui l’entoure.

Sans vouloir passer pour un vieil aigri, si je voyais ce match aujourd’hui, je passerais probablement un moment sympa mais sans plus. Je vous dirais que le public local est très familial et est bien loin des plus grosses tribunes du pays. Et que le parcage, bien qu’animé, n’a rendu qu’une copie satisfaisante, là aussi à des années lumière de ce qui se fait de mieux dans le pays.

Sauf qu’à l’époque, tout ça m’avait beaucoup plu. Tout était nouveau et même si j’avais déjà eu la chance de voir des stades superbes et des ambiances survoltées, j’avais trouvé ce match à Freiburg génial. Cerise sur le gâteau, 6 buts avaient été marqués, confirmant ainsi la réputation du championnat allemand.

C’est en ressentant le genre de choses que j’ai ressenti ce jour là que l’on sait que l’on tombe amoureux. Amoureux d’un pays.

Fiche technique

22 février 2014

SC Freiburg-FC Augsburg 2:4

Bundesliga, Deutschland

Schwarzwald-Stadion, 22’000 spectateurs

Prix du billet : 40€

Matchs durant le même séjour : aucun

2 commentaires sur « SC Freiburg-FC Augsburg : le jour où tout a commencé »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s