Existe-t-il une meilleure manière, quand on est groundhopper ou fan de foot, de mettre un terme à une année civile que d’assister à un match le 31 décembre ? Je ne pense pas.

Mais pour pouvoir clore une année de cette façon, il faut aller en Angleterre, l’un des rares endroits où l’on joue à cette période de l’année. Et si vous avez lu cet article, vous savez que contrairement à beaucoup, ce pays n’est pas en tête de ma liste de destinations footballistiques. Et pourtant, il a un gros avantage ; s’il ne possède pas les meilleures ambiances, il peut selon moi se targuer d’abriter les plus beaux stades.

Selhurst Park, l’antre de Crystal Palace, était très bien placé dans ma « to do list » pour deux raisons : son architecture, mais aussi et surtout par la présence d’un groupe ultra soutenant l’équipe locale. C’est assez rare pour être signalé en Angleterre et ça attire forcément mon attention.

Le problème, c’est que pour ce dernier jour de l’an, Crystal Palace reçoit Manchester City, l’un des ogres du championnat. Et qui dit réception d’un gros club en cette période chérie par les Anglais dit difficulté à trouver des places. Et ça c’est très vite vérifié.

Pour ce match, il fallait remplir une condition afin de pouvoir accéder à la billetterie : être membre du club. Et pour ce faire, une cotisation annuelle de 50£ est demandée. C’est donc ainsi que j’a été, une année durant, membre du CPFC. Ce n’est pas donné et pas forcément dans mes habitudes, mais il faut parfois déroger à ses règles pour parvenir à ses fins. Et c’est toujours moins pire que de passer par Viagogo.

Une fois ces péripéties pour l’obtention des billets passées, place au jour du match. J’ai tendance à souvent le dire, au risque de ne pas être compris, mais si je trouve que les stades anglais manquent cruellement d’ambiance (au sens où je la conçois), l’atmosphère qui se dégage des stades de l’autre côté de la Manche est inégalable. J’arrive donc tôt sur place, je profite de m’imprégner du quartier, du stade et de ses alentours. Et il n’y a pas grand chose de plus beau qu’un stade situé au beau milieu d’un quartier résidentiel, « à l’anglaise ».

Footballistiquement, le match s’annonce joué d’avance puisque City reste sur une quinzaine de victoires consécutives à ce moment-là, tandis que Palace est plutôt une équipe habituée à jouer dans la 2e moitié de tableau. Pourtant, Palace fait mieux que de résister et aurait même pu s’imposer si son capitaine n’avait pas raté un pénalty à la dernière minute. Du coup, vu la tournure prise par les événements, l’ambiance aura été bien loin du reste de ce que j’avais pu voir jusqu’ici sur l’ile.

Les « Holmesdale Fanatics », le groupe ultra local, est situé dans un angle derrière les buts, ce qui n’est pas idéal. Pourtant, ce jour-là du moins, ils ont réussi à entraîner avec eux une bonne partie de la latérale dans laquelle je me situais. Alors ça n’a pas l’organisation des Kurven allemandes, pas l’aspect visuel de certaines Curve italiennes à leurs plus belles heures mais je tire un grand coup de chapeau à ces mecs qui n’auront vraiment rien lâché du match, dans une sorte de mélange entre chants à consonnance ultra et chants purement britanniques.

Vous le verrez sur les photos, ma vision du reste du stade est quelque peu obstruée, mais c’est aussi ce que fait le charme de ces stades anglais. On est loin des nouvelles arènes qui sont toutes construites sur le même modèle ou presque. Ici, ça respire le football, même si Premier League oblige, il est un peu trop business quand même.

Pour finir, un petit mot sur les supporters de City, très nombreux comme c’est bien souvent le cas en Angleterre. Je ne m’attendais pas à grand chose, et j’ai été servi. Hormis 2-3 chants isolés, pas grand chose à se mettre sous la dent.

En résumé, cette exception « palacienne » ne me fera pas changer d’avis sur mes préférences en terme d’ambiance. En revanche, je le répète, les stades anglais ce n’est que de l’amour. Et maintenant que je me suis procuré le magnifique livre « British Football’s Greatest Grounds: One Hundred Must-See Football Venues », ma to do list » dans le pays s’est soudainement rallongée.

Et pour finir sur une note plus gastronomique, vu que c’est là-bas que j’ai fêté le changement d’année, un petit conseil : si vous êtes amateurs de whisky comme je le suis, allez faire un tour chez Bull in a china shop. On y mange bien et leur carte de whiskys est interminable : le rêve !

Fiche technique

31 décembre 2017

Crystal Palace FC-Manchester City FC 0:0

Premier League, England

Selhurst Park, 25’804 spectateurs

Prix du billet : 42£50

Matchs durant le même séjour : Watford FC-Leicester City, Millwall FC-Queens Park Rangers, Leyton Orient-Bromley FC, Luton Town-Lincoln City

Un commentaire sur « 2017-12-31 Crystal Palace FC-Manchester City FC : il y a des ultras en Angleterre ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s