Ca m’arrive très rarement, mais une fois à chaque tremblement de terre j’organise un week-end dans une ville avant même de regarder si un match s’y déroule. Pour ces 4 jours à Split, ce n’est qu’une fois les dates posées et les vols/hôtels réservés que j’ai été voir le calendrier du championnat croate.

C’est donc uniquement grâce à la chance que j’ai pu visiter à cette occasion un stade dans lequel j’aurais tôt ou tard fini par me rendre. En plus d’avoir une architecture magnifique, il héberge ni plus ni moins que le plus vieux groupe de supporters d’Europe, la Torcida Split, créée en 1950 ! En tant que passionnée du mouvement ultra et des tribunes en général, je me devais de voir au moins une fois cette tribune en action.

Comme j’avais pu le découvrir lors de ma visite à Belgrade, la billetterie dans les pays d’ex-Yougoslavie n’est pas aussi carrée qu’en Allemagne notamment, et ce n’est que 4 jours avant le match que je peux commander mes billets. Bon, au vu du remplissage du stade, il n’y avait absolument pas de quoi paniquer et j’aurais trouvé sans problème des places le jour même.

Le stade n’est pas trop éloigné du magnifique centre-ville (j’y reviendrai), on peut donc sans autre s’y rendre à pied. Ce qui permet également d’avoir une première vue plongeante sur le stade, derrière le quel on aperçoit la mer à perte de vue ; on a déjà vu des des stades dans des panoramas plus désagréables.

Sans faire de délit de faciès, les stadiers, accompagnés par des militaires, n’avaient pas l’air commode et tu te demandes ce qu’il vont bien pouvoir trouver sur toi pour te faire chier – c’est pas comme si ça ne m’étais jamais arrivé ailleurs. Et pourtant, c’est probablement les plus accueillants que j’ai jamais vu dans un stade. Ils avaient l’air tout content de voir des touristes découvrir leur stade, et c’est d’ailleurs quelque chose que j’ai ressenti ailleurs en ville, mais également à Belgrade. On sent des peuples fiers de leurs pays et qui pourraient passer des heures à nous le présenter. Pour ma part, c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup.

Le stade est très loin d’être rempli, mais la tribune que j’étais venu voir répond présent. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, n’étant pas habitué aux tribunes d’Europe de l’Est. Mais il y a un truc qui m’a tout de suite marqué, que j’avais déjà constaté quelques années auparavant à Budapest : ces types n’ont pas les mêmes cordes vocales que nous autres occidentaux ! J’ai connu des ambiances bien meilleures ailleurs, mais la puissance vocale de cette tribune, sans qu’un toit ne les aide pour la résonnance, c’est tout bonnement impressionnant. Même du côté du parcage, alors que les mecs n’étaient qu’une vingtaine, ça donnait cette impression de puissance.

Des chants puissants, des gestuelles reprises par tout le bloc, un petit peu de pyrotechnie pour agrémenter le tout, j’ai vu et entendu ce que j’étais venu chercher. Il me reste maintenant à y retourner pour un match plus alléchant, soit en Coupe d’Europe soit contre le Dinamo Zagreb, histoire de voir ce que ça peut donner quand c’est vraiment chaud.

J’aurais surtout plaisir à revenir dans cette ville. Son centre, avec toutes ses petites rues, est particulièrement agréable et regorge de petits bars et restaurants. On y mange d’ailleurs délicieusement bien et leur bière est plutôt pas mal également. Le climat est agréable, ce n’est pas loin, le bord de mer et les plages sont sympa ; ça fait beaucoup d’arguments pour avoir envie d’y retourner. Et si possible de découvrir le reste du pays par la même occasion.

Si un jour, j’établis un classement de mes destinations favorites en me basant sur la ville et le stade, il est fort probable que Split se situe en très bonne position. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Split fait partie des 4 villes qui figurent sur le logo de ce site. Logo qui a d’ailleurs été (magnifiquement !) dessiné par un ami qui était ce week-end là également à Split sans que nous nous soyons concertés et avec qui on a partagé un bon burger (Pub La Fabrique, je recommande !). Ca méritait bien le petit clin d’œil.

Fiche technique

13 mai 2018

HNK Hajduk Split-NK Osijek 1:1

Prva HNL, Hrvatska

Poljud, 10’495 spectacteurs

Prix du billet : 80HRK

Matchs durant le même séjour : aucun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s