Köln, ou Cologne pour les fervents francophones, est une ville agréable à bien des égards. Son Dom, situé juste en face de la gare, est majestueux. Sa vieille ville, dans laquelle on peut boire des »Kölsch » – bière légère spécialité de la région, qui se boit comme du petit lait – à tous les coins de rue et qui créée une ambiance assez particulière. Enfin, et surtout, elle est idéalement située quand on fait du groundhopping ; dans la région chaque arrêt de train ou de métro est synonyme de club de foot ou presque, comme dans la Ruhr. Rien qu’à Köln même, 3 clubs évoluaient il y a peu encore dans les 3 premières divisions allemandes : le 1. FC Köln, évidemment (et ma visite « inoubliable »), le Viktoria Köln que j’allais découvrir quelques mois plus tard et enfin, le Fortuna Köln, résident du petit Südstadion.

Situé, comme son nom l’indique, au sud de la ville, il n’est pas particulièrement à mon goût mais permet, lorsqu’on s’y rend à pied, de découvrir d’autres coins de la ville, moins visités. Et ça fait partie de mes petits plaisirs de groundhopper.

Le public local, dont la proximité avec le grand « Effzeh » (surnom du 1. FC Köln) ne doit pas être évidente à vivre, n’a pas une grosse réputation et ce que j’ai pu en voir ne me permettra pas de tenter de flatter cette réputation. Pourtant, comme je le dis régulièrement, j’ai un énorme respect pour ces gens passionnés d’un petit club situé aussi près d’un club bien plus huppé.

J’avais en revanche beaucoup d’attentes concernant l’adversaire du jour : le FC Hansa Rostock, et son public dont je fait régulièrement l’éloge. Eh bien pour une fois me voilà contraint d’avouer que s’il n’avait pas fait beau et chaud, ce match aurait été bien long. Je ne sais pas trop pourquoi ce jour-là, les mecs du Hansa avaient décidé de ne pas se fouler. Quelques chants prometteurs au début puis d’un coup, plus rien. Sans explication aucune, le parcage est resté silencieux durant une grosse partie du match, à mon grand désarroi.

Au moment d’écrire ces lignes, ça fait plus d’un an que je n’ai pas pu goûter, comme tout le monde, aux stades allemands. On ne sait pas quand on pourra y retourner, mais un premier signe positif depuis longtemps a été officialisé ce jour : un club allemand va pouvoir disputer un match devant du public ce week-end, pour la première fois depuis une éternité. Son identité : le FC Hansa Rostock. Ils ne seront que 777 dans le stade, mais après un an de privation, j’en viens à les jalouser amèrement.

Fiche technique

7 avril 2019

SC Fortuna Köln-FC Hansa Rostock 1:1

3. Liga, Deutschland

Südstadion, 3’832 spectateurs

Prix du billet : 25€

Matchs durant le même séjour : Alemannia Aachen-Rot-Weiss Essen

Un commentaire sur « 2019-04-07 SC Fortuna Köln-FC Hansa Rostock : ça s’annonçait pourtant bien »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s