Le contexte de ce match est si particulier qu’il mérite que je m’y attarde quelque peu.

Comme très souvent, le championnat allemand reprend, après la trêve hivernale, en semaine. Et pour la troisième année consécutive, le Dynamo reçoit pour la reprise. C’était le cas en 2018 (Dynamo-Sankt Pauli), en 2019 pour un match contre Bielefeld que je ne vous ai pas encore conté et donc en 2020 pour ce match face à Karlsruhe. Troisième année consécutive donc que je me rends à Dresden en train en pleine semaine pour un seul match.

Ce match s’annonçait spécial car à la simple évocation du nom de l’adversaire, les Ultras du Dynamo, et même une bonne partie du public, se remémoraient de bien tristes souvenirs que je vais brièvement résumer.

Le 15 mai 2017, le Dynamo se rend à Karlsruhe pour l’avant-dernière journée de championnat. Ce match se déroule à huis-clos, à l’exception… du parcage visiteurs ! A mon plus grand regret d’ailleurs, puisque j’avais un billet pour ce match, mais en tribune latérale.

A cette occasion, les Ultras du Dynamo organisent un cortège sur le thème militaire pour se rendre au stade, déclarant ainsi la guerre à la DFB (Deutscher Fußball-Bund, l’association allemande de football) pour une longue série de désaccords qu’il serait difficile de résumer ici.

Durant ce cortège (dont vous pourrez avoir un aperçu ici), de nombreux engins pyrotechniques sont utilisés ce qui n’est évidemment pas du goût de la police locale. Les événements sont prennent une tournure juridico-médiatique démesurée et 28 ultras du Dynamo sont perquisitionnés à leur domicile, dont certains qui n’étaient même pas présents sur les lieux.

La version ci-dessus est volontaire abrégée mais toujours est-il que les « retrouvailles » avec Karlsruhe promettaient. D’autant plus que, dernier élément de contexte, la situation du Dynamo au classement est catastrophique.

Bon dernier après la phase aller, le Dynamo est en véritable opération commando pour espérer sauver sa place en 2e division. Derrière le slogan « Wir. Zusammen. Jetzt » (Nous. Ensemble. Maintenant), club, supporters et joueurs font front et rêvent d’un sauvetage pourtant bien mal emmanché. Une victoire face au « KSC » permettrait de continuer à rêver ».

Le contexte est donc (enfin) posé. Nous sommes un froid mercredi soir du mois de janvier, chez le dernier de 2e division qui reçoit une équipe à peine mieux classée que lui. A beaucoup d’endroits, cela pourrait signifier stade peu garni et ambiance triste. A Dresden, ça donne ça lors de l’échauffement (à regarder jusqu’au bout) :

Le stade fait presque le plein et l’ambiance, malgré la température, est bouillante. Certainement une des plus tendues que j’ai pu vivre ici. Et ce n’est évidemment pas fini.

A l’entrée des joueurs, un tifo se déploie. Sans surprise, celui-ci reprend le thème militaire et une banderole est affichée en haut de la tribune « Condamnés pour un crime qu’ils n’ont pas commis », soit la phrase d’introduction de la mythique série « L’Agence tous risques ». Puis un grand voilé se déplie, avec l’inscription « Das D-Team », en référence toujours au titre de la série, « The A-Team ». Une série de personnages est également dressée en bas de la tribune et pour couronner le tout, le générique de la série est diffusé à pleins tubes dans le stade.

Ce dernier point est d’ailleurs loin d’être anodin. Alors que les Ultras déploient un tifo en soutien aux leurs, injustement condamnés, les clubs appuient l’initiative en jouant le jeu de la musique qui accompagne le tifo. Dans combien de clubs ceci est-il envisageable ? Il faut d’ailleurs savoir que ce même club avait mis en vente quelques mois plus tôt un maillot spécial dont l’intégralité des bénéfices serait reversés à la cagnotte pour couvrir les frais juridiques des accusés. Un autre monde.

Pour couronner le tout, le Dynamo a ce soir-là eu la bonne idée de s’imposer, laissant ainsi entrevoir l’illusion d’un maintien qui n’arrivera finalement pas. Mais c’est peu dire que cette soirée valait largement le déplacement. D’autant que l’avant-match fut plutôt sympa lui aussi, avec une énième visite de la ville et de son street art dont vous découvrirez un aperçu dans la galerie ci-dessous.

Une journée parfaite ? Pas loin.

Fiche technique

29 janvier 2020

SG Dynamo Dresden-Karlsruher SC 1:0

2. Bundesliga, Deutschland

Rudolf-Harbig-Stadion, 27’595 spectateurs

Prix du billet : 37€

Matchs durant le même séjour : aucun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s