Le match de la veille du côté de la belle Ljubljana à peine terminé, je n’avais pas de temps à perdre. Je prends la direction de la gare, récupère mes affaires à la consigne et, faute de toilettes ouvertes, me change sur le quai. Je suis juste dans les temps pour embarquer dans mon train de nuit direction München.

On dort plus ou moins bien dans un train, mais il existe une façon idéale de se réveiller : devoir taper un sprint monumental en gare de München pour pouvoir sauter (littéralement !) dans un TGV direction Strasbourg. Je n’ai pas souvenir d’avoir couru comme ça une autre fois dans ma vie et je présente ici mes excuses les plus plates aux personnes que j’ai pu bousculer durant ma traversée expresse de la gare.

Mon TGV arrive lui à l’heure à Strasbourg – comme quoi tout arrive – et j’ai deux heures à tuer à dans une ville que j’affectionne. Juste le temps d’aller y faire un petit tour et de profiter d’une terrassse avant le voyage final jusqu’au Grand Dûché.

Je ne savais pas à quoi m’attendre en arrivant sur place et j’ai été agréablement surpris. Le Luxembourg est probablement un endroit que seul le foot m’aurait donné l’occasion de visiter et c’est presque dommage tant ça m’a paru sympathique. Mais comme il faut parfois savoir joindre l’utile à l’agréable, j’avais deux missions en arrivant sur place : trouver un billet pour le match et trouver… un barbier, histoire de ne pas ressembler à un hippie trop débraillé pour ma réunion du surlendemain au boulot. Tout un programme.

Le barbier fût bien plus facile à trouver que le billet. Selon le site de la fédération luxembourgeoise, il était possible s’en procurer dans une agence de voyages sur place. Problème : celle-ci n’était pas au courant qu’elle aurait dû avoir des billets !

Même si je me doutais que le stade ne serait pas plein, je passe un ou deux coups de fils et apprend que quelques sésames seraient en vente aux caisses le soir même. Tant pis pour la visite de la ville, je prends la direction du stade bien trop tôt. Pour finalement poireauter deux heures ou presque et obtenir un billet le plus facilement du monde… Ca valait le coup !

Ma deuxième surprise du jour après l’agréable découverte de la ville viendra des tribunes luxembourgeoises. Je ne m’attendais franchement pas à voir un petit groupe d’ultras soutenir son équipe nationale et pourtant ! Ils sont un bon petit groupe de motivés et assurent tant bien que mal l’ambiance dans un stade ne se prêtant pas franchement à cela. Déception en revanche du côté serbe, qui n’offriront aucune animation en tribunes durant tout le match.

Un peu moins de 24h après la fin du match, je serai de retour en gare de Genève, non sans avoir effectué le trajet Luxembourg-Genève sans avoir été contrôlé une seule fois dans le train. J’ai en revanche eu le temps de réaliser l’itinéraire que j’avais fait durant ce trip en train, qui rappelons-le avait commencé du côté de Wien. Un itinéraire comme je les aime.

Vive le groundhopping, vive l’Interrail et vive le train !

Fiche technique

9 septembre 2019

Slovénie-Israël 3:2

Qualifications Euro 2020

Stadion Stožice, 10’669 spectateurs

Prix du billet : 20€

Matchs durant le même séjour : Favoritner AC-SV Gerasdorf Stammersdorf, FK Austria Wien-SK Rapid Wien, San Marino-Belgique, Triestina SSD-Piacenza Calcio, Slovénie-Israël

3 commentaires sur « 2019-09-10 Luxembourg-Serbie »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s