Cela faisait 24 ans que Saarebrücken et Kaiserslauten, les deux ennemis du Südwest, n’avaient pas pu s’affronter dans un stade plein. La dernière fois, c’était en Pokal en 1998. Pour une rencontre entre ces deux équipes en championnat, il faut remonter au 27 mars 1993 alors que les deux clubs évoluaient en Bundesliga !

C’est peu dire que ces retrouvailles étaient attendues des deux côtés. Cela s’est confirmé sur la billetterie du club au moment de l’ouverture de la vente publique : après plus de 40 minutes d’attente, le stade affiche guichets fermés. Et je ne suis pas parvenu à obtenir le mien.

Ma grande chance, c’est que les 5 personnes avec qui j’étais censé assister à ce match n’ont obtenu que deux billets. Et comme pour eux, c’était soit tout le monde soit personne, j’ai pu récupérer les deux précieux sésames : un pour moi et un que j’ai revendu en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire en arrivant devant le stade. Ca m’embête pour ceux qui n’ont pas pu venir, mais je suis pour le moins content d’avoir pu m’en sortir ainsi.

Je vais rapidement être plongé dans l’ambiance de ce derby au moment où mon train fait halte à Kaiserslautern. Des dizaines de « Lauterner » embarquent, pour le plus grand désespoir des passagers qui n’étaient pas là pour le match.

A la gare, le cortège infernal de flics démarre. Je pense pouvoir dire que j’ai vu un nombre suffisant de match pour avoir une bonne base de comparaison et dire que je n’avais rarement vu autant de flics que ça. Sans déconner, j’ai vu plus d’une centaine de fourgons entre la gare et le stade, un hélico et des bleus partout. Même pour le derby de Belgrade ça m’avait moins choqué, c’est dire !

Ma place est située au bout de la tribune latérale, très proche du parcage. Ce secteur est d’ailleurs rempli de supporters de Kaiserslautern qui ne se privent pas de le faire savoir. Si bien que 10 minutes après mon arrivée, tout ce joli monde a été évacué par la police pour aller rejoindre la partie de la tribune vide à côté du parcage. Décision plutôt intelligente vu comme c’était parti.

Les deux tribunes ne s’étaient assurément pas passé le mot, mais le thème de l’avant-match semblait être « pots de fumée ». Une rangée bleue et noire du plus bel effet côté Saarebrücken, avec leur grande voile pour agrémenter le tout. Còté parcage, énorme enfumage rouge du plus bel effet.

Vu ma position dans le stade, je peine à juger l’ambiance du côté des deux locaux. Le bloc central est actif, c’est incontestable, mais difficilement audible en première mi-temps. A la pause, je me rapprocherai un peu mais l’évolution du score a clairement joué en leur défaveur. Grosse frustration d’avoir perdu le derby de leur côté, ça se traduit notamment par une petite embrouille dans leur tribune aux alentours de la 75e minute. Pas mal de torches craquées durant le match, dommage de ne pas les avoir cramées toutes en même temps. Et sans surprise, les ultras de Nancy avec qui ceux de Saarebrücken sont jumelés sont présents.

Du côté du parcage, jusqu’au premier but je reste sur ma faim. Les chants sont peu repris et seul le noyau des groupes semble actif. En revanche, une fois le premier but marqué, on aura droit à une prestation d’un tout autre acabit. Gros spectacle pyrotechnique au retour des deux équipes, c’est très propre. J’étais toujours resté sur ma faim avec Kaiserslautern, que je voyais pour la 6e fois, mais là ils m’ont fait meilleure impression que les autres fois. En même temps, si t’as pas un parcage en feu quand tu vas gagner le derby chez ton ennemi, t’auras jamais de parcage en feu. A noter la présence en parcage de Messins et de quelques mecs de Verona.

J’avais de grosse attentes sur ce derby du Südwest et je n’ai pas été déçu. Bien sûr ce n’est jamais parfait, mais dans l’ensemble c’était un après-midi plus qu’agréable, pour un match de 3 division, rappelons-le ! Et même si j’y suis déjà allé à 2 reprises, je ne serais pas forcément contre retourner à Kaiserslautern pour le derby retour. Vu la taille du parcage là-bas, il y a de quoi faire une véritable invasion.

Comme j’ai eu la bonne idée de rajouter un match au programme dans la soirée, je ne traine pas et reprends le chemin de la gare, avec une pensée émue pour les gens bloqués dans le trafic et qui ont dû attendre la sortie de tout le stade pour redémarrer…

Fiche technique

6 novembre 2021

1. FC Saarbrücken-1. FC Kaiserslautern 0:2

3. Liga, Deutschland

Ludwigsparkstadion, 15’544 spectateurs

Prix du billet : 25€

Matchs durant le même séjour : Türkgücü München-FC Viktoria Köln, Karlsruher SC-Hamburger SV

2 commentaires sur « 2021-11-06 1. FC Saarbrücken-1. FC Kaiserslautern : le retour du derby du Südwest, 24 ans après »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s